12.3.13

Réflexion autour des esclaves de Mango


Ces jours-ci il ya eu une plainte du public contre une entreprise d'utiliser un mot offensant. Cela me parait intéressant de l'analyser. 

Les faits sont: Mango plongé dans une controverse à décrire des colliers comme "esclave style" . Lundi la compagnie Mango a été immergée dans le centre d'une controverse inattendue après avoir été nommé plusieurs morceaux de bijoux sur son site Web en français sous le nom de "l'esclave de style." Le nom choisi pour désigner les pièces, bagues et colliers a provoqué l'indignation dans les filets et a fini par créer un groupe d'actrices françaises ont ouvert une pétition en ligne, sous le nom de «L'esclavage n'est pas une lubie" qui a déjà reçu plus de 8.000 signatures: Mango doit retirer sa gamme de bijoux "style esclave " - # cc @ BijouxStyleEsclave Mango. Pétition Aissa Maiga, Sonia Rolland, Rokhaya Diallo . Paris, France.




La réaction de la société a été immédiate: à l’instant où Mango s’est aperçu de la situation, l'entreprise de mode a retiré la description controversée et a dit que cela était dû à un problème de traduction. Certes, en catalan et en castillan, un esclave est un anneau d'or ou d'argent qui est porté au poignet ou à la cheville. En décrivant les colliers comme "style slave", l'entreprise n'a rien fait, mais après le nom d'usage dans notre pays. Le problème est, qu’ une fois traduit, l'effet est très différent. Le terme d’esclave anglais n'est pas liée à des bijoux, mais à un sens littéral. Cela a créé une certaine confusion. Mango a donc pris le nom anglais des réseaux et a demandé à l'entreprise de faire des excuses publiques. Sur son compte Twitter, la compagnie a présenté ses excuses "pour une erreur de traduction. Les services commandés ont déjà été informés et ont apporté les corrections immédiatement."
   
En effet, le dictionnaire catalan indique ce qui suit: esclava 4 f . Joi Anneaux d'or, d'argent ou autre métal qui est porté au poignet ou à la cheville.

Ils disent que les plaignants: Au-delà de l’usage accepté d’un terme dans un pays, nous sommes en revanche en droit de nous interroger sur son étymologie et de souligner ses connotations négatives dans d’autres pays; si le site italien de la marque Mango utilise la même traduction (“bracciale schiava”), on remarque que les sites anglo-saxons de la marque destinés à des pays où la conscience de l’histoire de l’esclavage est plus vive, utilisent quant à eux la traduction “woven bracelet”
(“bracelet tissé”). Il nous parait également important de souligner que l’Union Française de la Bijouterie, Joaillerie, Orfèvrerie, des Pierres & des Perles (UFBJOP) confirme l'utilisation du mot “esclava” pour désigner une gourmette, mais pas son utilisation en français.


Je ne dis pas que je ne trouve pas pertinent la préoccupation, mais nous avons besoin de faire une réflexion.

  1. Je pense qu'avant de lancer une campagne devrait mettre en place un dialogue. Il est très facile d'obtenir des signatures sur une question de ce type et de jouer au démagogue. Est-il responsable de déteindre l'image d'une entreprise qui a peut-être commis une erreur, mais qui peut être est prête à le corriger tout de suite? Lorsque nous parlons de responsabilité sociale, nous parlons de la responsabilité de toutes les parties aux autres parties prenantes, et davantage on cherche la façon de créer de la valeur dans chaque action. Les plaignants devraient également évaluer comment le faire de la manière la plus responsable, assurant le meilleur profit pour tous.
  2. Bien sûr, c’est différent si une personne fait un tweet ou même un article de plainte en notant les mauvaises pratiques. Ce que je critique c'est de pouvoir faire campagne sans avoir des informations contrastées et le point de vue de l'entreprise. Et surtout si il y a des gens derrière avec un certain niveau ou des organisations ayant un intérêt dans l'affaire. Par exemple, l'une des promotrices, Rokhaya Diallo ( @ RokhayaDiallo) est la fondatrice et ancienne présidente de Les indivisibles, une organisation française qui utilise l'humour et l'ironie pour lutter contre le racisme et les stéréotypes,  Sonia Rolland (@ SoniaRolland) est une actrice française qui a été Miss France (2000), et Aissa Maiga (@ AissaMaiga) est une actrice française d'origine sénégalaise.
  3. Mais je ne suis pas inquiète seulement pour la réputation de l'entreprise, car si elle fait vraiment un amendement cela peut même lui bénéficier car elle montre sa capacité à écouter et à réagir. Ce qui m’inquiète par contre c’est qu'il y ait des gens qui utilisent des plaintes du public en tant que plate-forme publique pour leurs intérêts, de construire leur image, de se positionner publiquement. Et cela me préoccupe car cela peut générer du bruit sur les communications par rapport aux campagnes qui comptent vraiment. Et je m'inquiète car il peut être utilisé comme une plate-forme personnelle, comme par exemple un directeur d'une société écologique qui provoquerait son emprisonnement, quand il avait décidé qu'il voulait créer un parti politique [ + ].
  4. Si finalement il y a un problème de langue dans le sens où la langue catalane, et aussi l'espagnol, utilisent le mot esclave pour identifier un bijou, il est clair que le problème n'est pas de l'entreprise, mais de la langue. Il y a beaucoup de mots et d'expressions dans la langue qui font face à une autre sensibilité qui est aujourd'hui dépassée. Heureusement, les sociétés ont convenu qu'elles allaient  faire preuve de créativité et trouver d'autres moyens, mais le problème n'est pas dans une société donnée.
  5. Vous devriez faire face à ces mots, sans doute, mais sachant que cela ne changera pas la réalité, et nous ne pouvons pas en faire un cheval de bataille en termes radicaux. Les expressions d'un changement de langue font partie des débats académiques, en particulier la réalité sociale plutôt que de les rendre officielle. Je veux dire par là qu’il y a souvent le risque de donner une vue magique sur la capacité des mots pour changer le monde.
  6. Les militantes appellent à l'étymologie des mots. Et ne savent pas que la boîte de Pandore reste ouverte! Si nous révisons son origine, c'est que nous ne devrions pas modifier l'usage de l'esclave pour désigner un bijou mais l'utilisation de l'esclave pour désigner une personne en garde à vue, car il s'avère que esclave vient du slave, qui étaient un peuple souvent asservi par les germaniques, byzantins et vénitiennes. Il faut comprendre que l'utilisation de ce mot peut être offensant pour les Slaves d'aujourd'hui, non? De la même façon que l'adjectif lesbienne peut créer u malaise chez les habitats de l'île de Lesbos et qu’ils pourraient donc se plaindre a leur tour.
  7. S’il s’agit d’une erreur de traduction, les actrices françaises devraient considérer que l’affaire est close. Plus qu’aux entreprises c’est aux actrices qu’il faudrait reprocher de croire à la supériorité culturelle et linguistique. C’est ne pas une boutade. De plus, dans ce cas, je ne dois me défendre de rien, et du reste je considère leur motivation raisonnable. Mais dans la façon de faire et dire des choses il n'est pas rare de capter une certaine supériorité, le désir de donner des leçons  avant-la-lettre. Elles utilisent des mots lourds de sens avant de savoir exactement ce qui s'est passé. Et salue les excuses de l'entreprise comme une campagne de sensibilisation à travers elle , me semble un peu présomptueux. On a l’impression que ce qui les dérange, c'est que c'est la traduction française qui a fait cette erreur, et ce n'était pas le cas dans les pays qui se souviennent pourtant mieux de l'esclavage (et a qui l’ont fait porter une plus grande responsabilité) tout en acceptant que je les pays du Sud ont reconnu le malentendu à cause des dictionnaires.
  8. À cet égard, épargnez-moi une déclaration chauvine selon laquelle les faits reprochés devraient être encore plus sévère en France: Notamment dans un pays, la France, qui peut s’enorgueillir d’avoir adopté une loi en 2001 reconnaissant la traite négrière et l’esclavage comme crime contre l’humanité. Peut-être qu’il ne faut pas oublier que ses bien-aimés citoyens des pays qui ont leur propre langue autre que le français, comme les Catalans ou les Basques? Ils violent les conventions internationales et n'ont aucun respect pour les droits des minorités qui survivent aux personnes qui ont essayé d'exterminer les derniers siècles et encore aujourd'hui. Savez-vous que depuis des années les municipalités sud-catalanes ont eu à la coopération internationale en France pour soutenir les parents qui voulaient inscrire leurs enfants dans le pays de langue catalane? Ce que se passe en ce moment et qui affecte réellement les droits humains, n’inquiète pas ces actrices? 
  9. Et en passant, une curiosité... ¿ces actrices ont-elles gardé leur nom de famille ou ont-elles changé pour prendre celui de leur mari? Cela serait incroyable qu’elles se fixent sur un mot et ignorent une pratique discriminatoire et indigne qui se pratique pourtant encore dans les pays du Nord au XXème siècle. Il serait intéressant de leur demander parce qu’au delà des mots, on est là face à une pratique qui est radicalement discriminatoire, qui est culturellement acceptée et présente en Europe et qui suppose un changement profond pour l’identité d’une personne. A l'occasion de la Journée de la Femme 2008, j'ai récupéré cet article maintenant: [ca] Hillary Clinton...? Doncs Bill Rodham!  / [es] ¿Hillary Clinton...? Luego ¡Bill Rodham!

0 comentaris: